Les 20 Chansons Paillardes les Plus Connues Avec les Paroles.

Par , le 07 Décembre 2023

Les 20 Chansons Paillardes les Plus Connues Avec les Paroles.

Les chansons paillardes, vous connaissez ?

Avec leur refrain entêtants, ces chansons grivoises font partie du folklore français.

Il n'est pas rare que leur ritournelle se fassent entendre dans les soirées où la fête bat son plein !

Les frères jacques, Pierre Perret, Fernandel, les Charlots, Colette Renard, Bézu, Brassens, Renaud...

Tous ont chanté ces chansons coquines ou cochonnes, avec plus ou moins de talent et de succès.

Une chanson paillarde, c'est quoi ?

Selon la définition du Robert, une chanson paillarde est une chanson grivoise ou obscène.

Une chanson paillarde, c'est donc une chanson populaire traditionnelle qu'on chante en groupe, tous ensemble.

Pas sûr que ça marche pour organiser un karaoké !

On la donc chante entre copains, entre amis et parfois aussi en famille.

Certaines chansons paillardes sont très anciennes.

Les premières dateraient du 17e siècle, voire avant.

Certaines ont été inventées beaucoup plus récemment, au XXe siècle.

Chaque région a son propre répertoire : corse, pays basque, le nord...

On pense notamment à "Ils ont les chapeaux rond", en Bretagne ou encore à "La danse du limousin".

De vrais tubes locaux !

Même s'il y en a beaucoup en France, on en trouve aussi dans d'autres pays.

En Belgique, par exemple, on les appelle les chansons estudiantines.

Des chansons populaires et festives

Les chansons paillardes se rapprochent des chansons populaires dites "à boire", comme la fameuse "Boire un petit coup" avec leur ritournelle entêtante ou la chanson des "chevaliers de la table ronde"

On pourrait aussi les confondre avec les chansons de marins, des militaires, des clubs sportifs...

Mais elles ont quand même une particularité qui les distingue.

Les paroles des chansons paillardes sont souvent particulièrement osées, voire carrément obscènes.

En général, on évite de les chanter en présence des enfants !

Des chansons osées et transgressives

Les chansons paillardes sont des chansons cochonnes, libertines, impudiques ou grivoises.

Les paroles sont crues voire carrément explicites. On ne fait pas dans la dentelle.

Le but est de choquer et de rigoler entre amis.

On les entonne parfois dans certaines soirées étudiantes particulièrement arrosées.

On y retrouve des thèmes récurrents : les femmes, l'adultère, la prostitution, la misogynie, les MST, les parasites (les morpions...), la religion voire carrément le viol ou l'inceste.

Une chose est sûre : c'est qu'il n'y a pas de tabous.

Étant le contenu des paroles particulièrement salaces de certaines...

On les réserve aux fins de soirées arrosées quand l'alcool délie les langues.

Amis poètes bonsoir...

On vous préparé une liste des chansons paillardes à succès, les plus connues, de quoi mettre de l'ambiance pour animer vos repas de fêtes.

1. Le curé de Camaret

Une mélodie presque entraînante aux paroles... est-ce nécessaire de le préciser ?

Voici les paroles :

Le curé de Camarai a les couilles qui pendent. (bis)
Et quand il s'assoit dessus
Elles lui rentrent dans le cul
Il bande ! (ter)

Les filles de Camaret se disent toutes vierges (bis)
Mais quand elles sont dans mon lit
Elles préfèrent tenir mon vît
Qu'un cierge. (ter)

Fillette de Camaret, où est ton pucelage ? (bis)
Il s'en allé sur l'eau
Par derriere les grands vaisseaux,
Il nage. (ter)

Mon mari s'en est allé à la pêche en Espagne. (bis)
Il m'a laissé sans le sou
Mais avec mon petit trou
J'en gagne. (ter)

Les rideaux de notre lit sont faits de serge rouge (bis)
Mais quand nous sommes dedans
La rage du cul nous prend,
Tout bouge. (ter)

Mon mari, que fais-tu là ? Tu me perces la cuisse. (bis)
Faut-il donc que tu soyes saoul
Pour ne pas trouver le trou
Qui pisse ! (ter)

Le maire de Camaret vient d'acheter un âne (bis)
Un âne républicain
Pour baiser toutes les putains
D' Bretagne. (ter)

Une simple supposition que tu serais ma tante, (bis)
Je te ferais le présent
De l'andouille qui me pend
Z'au ventre. (ter)

Si les filles de Camaret s'en vont à la prière, (bis)
C'n'est pas pour prier l'Seigneur,
Mais pour branler le prieur
Qui bande. (ter)

Le curé de Camaret a des couilles qui pendent (bis)
Et quand il s'assied dessus
Ça lui rentre dans le cul,
Il bande. (ter)

La servante à m'sieur l'curé a le ventre qui gargouille. (bis)
C'est qu'elle en a trop mangé
De l'andouille à m'sieur l'curé
D' l'andouille. (ter)

Célina, si tu m'aimais, tu me ferais des nouilles (bis)
Et, tandis que j' les mangerais,
Ton p'tit doigt me chatouill'rait
Les couilles. (ter)

Sur la place du village y'a la statue d'Hercule (bis)
Et tous les 14 juillet
Le maire et ses conseillers
L'enculent (ter)

2. Le grand vicaire

On reste dans le même registre. Quand on parle de viol en chantant, c'est du lourd, du très lourd.

Voici les paroles :

Chez nous le méchoui, c’est une coutume
Mon papa fait l’barbecue,
Ma maman fait le mouton,
Et le curé l’embroche...
Et le grand vicaire, toujours par derrière
N’a jamais pu l’embrocher.

Chez nous le jardinage, c’est une coutume
Mon papa fait la charrue,
Ma maman elle fait les boeufs,
Et le curé laboure (la bourre)...
Et le grand vicaire, toujours par derrière,
N’a jamais pu la bourrer.

Chez nous l’évasion, c’est une coutume
Mon papa c’est la prison,

Ma maman c’est les barreaux
Et le curé la lime...
Et le grand vicaire, toujours par derrière,
N’a jamais pu la limer.

Chez nous la glace, c’est une coutume
Mon papa, c’est le cornet,
Ma maman, elle fait la boule,
Et le curé la lèche...

Chez nous la torture, c’est une coutume
Mon papa arrache les ongles,
Ma maman lui crève les yeux,
Et le curé l’empale...

Chez nous le supplice, c’est une coutume
Mon papa apporte la corde,
Ma maman l’attache aux ch’vaux,

Et l’curé l’écartèle...

Chez nous les baskets, c’est une coutume
Mon papa fait les Reebok,
Ma maman fait Adidas,
Et le curé la Nike...

Chez nous l’escalier, c’est une coutume
Mon papa monte la marche,
Ma maman descend la marche,
Et le curé la saute...

Chez nous la musique, c’est une coutume
Mon papa joue d’la guitare,
Ma maman, c’est le piano,
Et le curé la viole...

Chez nous les vendanges, c’est une coutume

Mon papa fait le raisin,
Ma maman fait les bouteilles,
Et le curé l’embouche...

Chez nous le vélo, c’est une coutume
Mon papa fait le boyau,
Ma maman fait la rustine,
Et le curé la pompe...

Chez nous la pétanque, c’est une coutume
Mon papa fait l’cochonnet,
Ma maman elle fait la boule,
Et le curé la tire...

Chez nous la basse-cour, c’est une coutume
Mon papa fait le goret,
Ma maman fait le canard,
Et le curé lapine...

Chez nous les rideaux, c’est une coutume
Mon papa fait les anneaux,
Ma maman fait le tissu,
Et le curé la tringle...

Chez nous l’argenterie, c’est une coutume
Mon papa sort l’argenterie,
Ma maman lave l’argenterie,
Et le curé l’astique...

Chez nous les sciences, c’est une coutume
Mon papa fait la physique,
Ma maman fait la bio,
Et le curé la mathe...

Chez nous la géo, c’est une coutume
Mon papa fait la carto,

Ma maman fait la morpho,
Et le curé l’écarte...

Chez nous la maçonnerie, c’est une coutume
Mon papa fait le mortier,
Ma maman fait la truelle,
Et le curé l’embrique...

Chez nous la couture, c’est une coutume
Mon papa prépare les fils,
Ma maman c’est les aiguilles,
Et le curé l’enfile...

Chez nous le tricot, c’est une coutume
Mon papa fait le patron,
Ma maman fait les aiguilles,
Et le curé la p’lote...

Chez nous la boulangerie, c’est une coutume
Mon papa c’est le mitron,
Ma maman prépare la pâte,
Et le curé l’enfourne...

Chez nous les crêpes, c’est une coutume
Mon papa il fait la poêle,
Ma maman elle fait la pâte,
Et le curé la r’tourne..

Chez nous pyromane, c’est une coutume
Mon papa il fait l’essence,
Ma maman fait l’allumette,
Et le curé l’allume...

Chez nous la gymnastique, c’est une coutume
Mon papa fait le salto,
Ma maman fait la rondade,

Le curé la culbute...

Chez nous la chasse, c’est une coutume
Mon papa c’est le faisan,
Ma maman c’est la bécasse,
Et le curé la plombe...

Chez nous couper du bois, c’est une coutume
Mon papa fait le billot,
Ma maman elle fait la bûche,
Et le curé la fend..

Chez nous la maladresse, c’est une coutume
Mon papa c’est le couteau,
Ma maman elle fait le doigt,
Et le curé l’entaille...

Chez nous les voyages, c’est une coutume

Mon papa il fait l’Egypte,
Ma maman la Macédoine,
Et le curé la Perse...

Chez nous les cadeaux, c’est une couutme
Mon papa fait le paquet,
Ma maman fait le ruban,
Et le curé l’emballe...

Chez nous la fête foraine, c’est une coutume
Mon papa fait les jetons,
Ma maman fait la voiture,
Le curé la tamponne...

Chez nous jouer à chat, c’est une coutume
Mon papa il fait le chat,
Ma maman fait la souris,
Et le curé l’attrape..

Chez nous être malade, c’est une coutume
Mon papa c’est le choléra,
Ma maman elle fait la grippe,
Et le curé la crève...

Chez nous l’anatomie, c’est une coutume
Mon papa il fait les jambes,
Ma maman elle fait les bras,
Et le curé la tronche / la tête...

Chez nous les légos, c’est une coutume
Mon papa fait les clipos,
Ma maman fait les duplos,
Et le curé l’emboîte...

Chez nous le train, c’est une coutume
Mon papa, c’est l’contrôleur,
Ma maman c’est le billet,
Et l’curé la poinçonne...

Chez nous la bricole, c’est une coutme
Mon papa fait le marteau,
Ma maman elle fait le clou,
Et le curé l’enfonce...

Chez nous le football, c’est une coutume
Mon papa tire les pénaux,
Ma maman fait les corners,
Et le curé la touche...

Chez nous la victoire, c’est une coutume
Mon papa il fait Bordeaux,
Ma maman c’est Marseille,
Et le curé la branle...

Chez nous les explosifs, c’est une coutume
Mon papa fait la grenade,
Ma maman elle fait la bombe,
Et le curé l’explose...

Chez nous les félins, c’est une coutume
Mon papa c’est le puma,
Ma maman elle fait la chatte,
Et le curé chatouille...

Chez nous le gazon, c’est une coutume
Mon papa fait le terreau,
Ma maman c’est la pelouse,
Et le curé la broute...

Chez nous les HLM, c’est une coutume
Mon papa fait le concierge,
Ma maman l’appartement,
Et le curé l’habite...

Chez nous la corrida, c’est une coutume
Mon papa fait le toro,
Ma maman le torero,
Et le curé l’encorne...

Chez nous la vaisselle, c’est une coutume
Mon papa c’est Paic citron,
Ma maman c’est le torchon,
Et le curé l’éponge...

Chez nous les Noëls, c’est une coutume
Mon papa fait les marrons,
Ma maman elle fait la dinde,
Et le curé s’la farcit...

Chez nous les conduits, c’est une coutume
Mon papa fait les tuyaux,
Ma maman la cheminée,
Le curé la ramone...

Chez nous les bébés, c’est une coutume
Mon papa c’est le biberon,
Ma maman c’est la tétine,
Et le curé la couche...

Chez nous l’alpinisme, c’est une coutume
Mon papa c’est l’Everest,
Ma maman c’est le Mont Blanc,
Et le curé la monte...

Chez nous l’équitation, c’est une coutume
Mon papa c’est le jockey,
Ma maman c’est le pur-sang,
Et le curé l’enfourche...

Chez nous l’électricité, c’est une coutume
Mon papa il fait les fils,
Ma maman elle fait la prise,
Et le curé décharge...

Chez nous le Yoyo, c’est une coutume
Mon papa se tape Léia,
Ma maman c’est Chewbacca,
Et le curé la Force...

Chez nous plier Diaste, c’est une coutume
Mon papa lui sert chouchen,
Ma maman le fait vomir,
Et le curé l’allonge...

Chez nous la sucette, c’est une coutume
Le grand maître veut sucer,
Et Chupa s’est proposé,
Et le curé l’avale...

Chez nous la betterave, c’est une coutume
Chupa tape à la fenêtre,
Toyoyo saute sur le lit,
Et le curé lui met...

Chez nous la feuille de vigne, c’est une coutume
A Blois il se fait sucer,
Emilie le dépucèle,
Et le curé ?

3. La digue du cul

Tout le raffinement de la culture française. Il est paraît qu'elle très populaire dans les fêtes étudiantes et les soirées festives.

Voici les paroles :

Un bateau chargé de vits Descendait une rivière Une dame de Paris Voulut en acheter une paire

Pan, pan de la Bretonnière Pan, pan de la barbe au con

Une dame de Paris Voulut en acheter une paire Pour en choisir deux jolies Envoya sa chambrière

Pan, pan de la Bretonnière Pan, pan de la barbe au con

Pour en choisir deux jolies Envoya sa chambrière Chambrière en femme d'esprit S'en est servie la première

Pan, pan de la Bretonnière Pan, pan de la barbe au con

Chambrière en femme d'esprit S'en est servie la première Elle s'en est si bien servie Qu'elle s'est pétée la charnière

Pan, pan de la Bretonnière Pan, pan de la barbe au con

Elle s'en est si bien servie Qu'elle s'est pétée la charnière Et du cul jusqu'au nombril Ce n'est plus qu'une vaste ornière

Pan, pan de la Bretonnière Pan, pan de la barbe au con

Et du cul jusqu'au nombril Ce n'est plus qu'une vaste ornière Les morpions nagent dedans Comme poissons en rivière

Pan, pan de la Bretonnière Pan, pan de la barbe au con

Les morpions nagent dedans Comme poissons en rivière On croit baiser par devant Va te faire foutre, c'est par derrière

Pan, pan de la Bretonnière Pan, pan de la barbe au con

On croit baiser par devant Va te faire foutre, c'est par derrière On croit lui faire un enfant On ne lui donne qu'un clystère

Pan, pan de la Bretonnière Pan, pan de la barbe au con

On croit lui faire un enfant On ne lui donne qu'un clystère On croit être son amant On est que son apothicaire

Pan, pan de la Bretonnière Pan, pan de la barbe au con

On croit être son amant On est que son apothicaire On croit l'aimer tendrement La camelote fout le camp par terre

Pan, pan de la Bretonnière Pan, pan de la barbe au con

Pan, pan de la Bretonnière Pan, pan de la barbe au con

4. Un dimanche matin

Un dimanche matin, avec ma p..., sur ma mobylette... Vous l'avez ? On vous laisse deviner la suite.

Voici les paroles :

Un dimanche matin Avec ma putain Sur ma mobylette

Je lui mets la main Entre les deux seins Direction quéquette

Les poils de mon cul Tu les verras plus J’en ai fait des brosses

5 francs le kilo C’est du bon boulot Pour nourrir les gosses

Ça va faire de la musique C’est la java Java dans le petit trou du cul du chat La bite à papa La couille à Jeannot Coincé dans le piano

Ça va faire de la musique C’est la java Java dans le petit trou du cul du chat La bite à papa La couille à Jeannot Coincé dans le piano

Ça va faire de la musique Dimanche matin

5. Bali balo

Un grand monument de la chanson paillarde française, interprété par Les Charlots et Bézu. Il fallait bien ça.

Voici les paroles :

Bali Balo dans son berceau
Bandait déjà comme un taureau
Oh putain lui dit sa mère
"Tu bandes déjà plus que ton père"
Ah ah Bali Balo... Bali Balo est un salaud!

Bali Balo en salle de classe
S'conduisit comme un dégueulasse
Il s'avança vers la maîtresse
Lui mit sa pine entre les fesses
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo a trois putains
Il en baise une tous les matins
Les deux autres se font des tartines

Avec le fromag' de sa pine
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo sur sa moto
Faisait du 100 et du zéro
Mais c'est dans ce putain de virage
Qui s'les ai pris dans l'embrayage
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo chez les Bonnes soeurs
Se tapa la mère supérieur
La vieille Lui dit: "jamais l'seigneur Ne m'a donné autant d'bonheur "
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo dans son avion
Avec sa femme et son cochon
Dès que sa femme tournait la tête
Il enculait la pauvre bête
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo au cinéma
Péta si fort qu'il s'envola
Il atterrit dans les coulisses
Et encula la directrice
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo chez les Helvètes
Avait déjà une grosse quéquette
Il y rencontra une Suissesse
Et lui mit sa pine dans les fesses

Oh oh oui vraiment
Bali Balo est un marrant!

Bali Balo en Angleterre
Rencontra Maragreth Thatcher
Il lui bouffa ses seins pendants
Et la vieille s'enfuit au couvent
Oh oh oui vraiment
Bali Balo est un violent!

Bali Balo au régiment,
Se faisait toutes les juments.
Et le sergent qui le vit faire
Se la fit mettre par derrière.
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo au régiment

Suçait les couilles du lieutenant
"Salaud" lui dit son capitaine
"Tu n'pourrait pas sucer la mienne"
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

A la bataille de Zamora
Bali Balo n'y étais pas
On l'retrouva dans le désert
Où il enculait les dromadaires,
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo dans le désert
Se trimbalait les couilles a l'air
Mais un nuage de grenouille
Lui arracha la peau des couilles
Ah ah Bali Balo...

Bali Balo est un salaud!

Bali Balo au Vatican
S'conduisit comme un dégoûtant
Derrière la statue d'Esculape
Il essaya d'enculer le pape
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

A la bataille d'la Moskova
Bali Balo est encore la
Il avait montré sa biroute
Pour mettre les Russes en déroute
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo dans l'assemblée
S'conduisit comme un obsédé

Il s'mit à poil dans la tribune
On le vit exhiber ses burnes
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo à l'institut
Ne voulait voir que des culs nus
Ne respectant aucune barrière
Il encula tous ses confrères
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo devenu vieux
Ne bandait plus qu'un jour sur deux
S'arrachant la pine avec rage
Il s'en fit une canne de voyage
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!


Trois quarts de siècle après sa mort
Bali Balo bandait encore
Il n'avait plus que son squelette
Et puis aussi sa grosse quéquette
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo dans son cercueil
Bandait encore comme un chevreuil
Avec sa bite en arc-de cercle
Il arriva a soulevé l'couvercle,
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo monta aux cieux
Mais son comport'ment fut odieux
Dès que l'bon Dieu eut l'dos tourné

Il essayait de l'enculer
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

Bali Balo au paradis
Voulut sauter la Vierge Marie
"Crée nom de Dieu" dit l'Eternel "Tu prends le ciel pour un bordel!"
Ah ah Bali Balo...
Bali Balo est un salaud!

6. La grosse bite à dudule

Tout est dans le titre de cette belle chanson paillarde poétique si peu vulgaire.

Voici les paroles :

Ils étaient amoureux Ils s'aimaient tous les deux Ils étaient heureux Chaque soir, chaque matin Ils allaient au turbin Le cœur plein d'entrain

À l'atelier ses copines lui disaient "Pourquoi tu l'aimes tant ton Dudule Il n'est pas beau, il est mal fait" Mais elle gentiment répondait "Z'en faites pas les amies, ce que j'aime en lui"

C'est la grosse bite à Dudule (ah) J'la prends, j'la suce, elle m'encule (oh) Ah les amies, vous dire c'que c'est bon Quand il m'la carre dans l'oignon C'est pas une bite ordinaire Quand il m'la fout dans l'derrière Je m'sens soudain toute remplie Du cul jusqu'au nombril Ah Dudule

Ça devait arriver Ils se sont mariés Ils ont convolé D'abord ça tourna rond Lui caressa l'menton Lui flanqua des gnons

À l'atelier, ses copines lui disaient "Pourquoi qu'tu l'tues pas ton Dudule Il t'a battue, il t'a cirée" Mais elle gentiment répondait "Z'en faites pas, les amies, ce que j'aime en lui"

C'est la grosse bite à Dudule (oh encore) J'la prends, j'la suce, elle m'encule (oh, c'est dégueulasse) Ah les amies, vous dire c'que c'est bon Quand il m'la carre dans l'oignon (bah) C'est pas une bite ordinaire Quand il m'la fout dans l'derrière Je m'sens soudain toute remplie Du cul jusqu'au nombril Ah Dudule Ah Dudule

7. De profundis morpionibus

Morpions, poux... Cette chanson paillarde a été publiée au XIXe dans le Parnasse satyrique du 19e. On vous laisse découvrir ce charmant bestiaire.

Voici les paroles :

Ô muse, prête-moi ta lyre Afin qu'en vers je puisse dire L'un des combats les plus fameux Qui se déroulèrent sous les cieux

De profundis, morpionibus Tralala la, tralala la, tralala lalala, ha ha Tralala la, tralala la, tralala lala, ha

Dans un vagin de forte taille 600 000 milles poux livraient bataille Un nombre égale de morpions Qui défendaient l'entrée du con

De profundis, morpionibus Tralala la, tralala la, tralala lalala, ha ha Tralala la, tralala la, tralala lala, ha

Ils ont bouché presque la fente Que les morpions mort, ensanglantent Et la vallée du cul au con Était jonchée de morpions

De profundis, morpionibus Tralala la, tralala la, tralala lalala, ha ha Tralala la, tralala la, tralala lala, ha

Et le commandant d'une escouade Voyant périr ses camarades Cria "morpions nous sommes foutus Piquons une charge au trou du cul"

De profundis, morpionibus Tralala la, tralala la, tralala lalala, ha ha Tralala la, tralala la, tralala lala, ha

Un morpion de noble origine Qui revenait de Palestine Leva sa lance et s'écria "Le morpion meurt mais ne se rend pas"

De profundis, morpionibus Tralala la, tralala la, tralala lalala, ha ha Tralala la, tralala la, tralala lala, ha

Et pour reprendre l'avantage Les morpions luttaient avec rage Mais leurs efforts furent superflus Les poux gardèrent le dessus

De profundis, morpionibus Tralala la, tralala la, tralala lalala, ha ha Tralala la, tralala la, tralala lala, ha

Un morpion motocycliste Prenant la raie du cul pour piste Dans un virage dérapa Et dans la merde s'enlisa

De profundis, morpionibus Tralala la, tralala la, tralala lalala, ha ha Tralala la, tralala la, tralala lala, ha

Malgré son épaisse cuirasse Tout bardé de foutre et de crasse Le général des morpions Tomba sans vie au fond du con

De profundis, morpionibus Tralala la, tralala la, tralala lalala, ha ha Tralala la, tralala la, tralala lala, ha

8. L'avion, l'avion, l'avion...

L'avion, l'avion, l'avion ça fait lever les yeux, les femmes, les femmes, les femmes ça fait lever... Vous avez dit misogyne ?

Voici les paroles :

Allez, on va danser sur la paillarde party
Allez, c'est parti, et 1, 2, 3, 4

L'avion, l'avion, l'avion,
Ca fait lever les yeux
Les femmes, les femmes, les femmes
Ca fait lever la queue

C'était un wagon de pines
Qui revenait d'Argentine
Y'en avaient des longues, des fines
Qui pendaient par la portière
Même un coup dans le derrière,
Même un coup dans le museau

Y'en avaient des longues, des fines

Qui pendaient par la portière
La femme du quart de barrière
En prit une douzaine de paires
Même un coup dans le derrière,
Même un coup dans le museau

La femme du quart de barrière
En prit deux douzaines de paires
Elle s'en est si bien foutu
Qu'elle s'est pétée la charnière
Même en un coup dans le derrière,
Même un coup dans le museau

Cunégonde, veux-tu du fromage?
Oui, papa, avec du sucre dessus
Non, ma fille ce n'est pas l'usage
Alors papa tu peux le foutre au cul

Cunégonde, veux-tu du fromage?
Oui, papa, avec du sucre dessus
Non, ma fille ce n'est pas l'usage
Alors papa tu peux le foutre au cul

Mon pantalon est décousu
Et si ça continue on verra tout de
Mon pantalon est décousu
et si ça continue on verra tout mon cul

L'avion, l'avion, l'avion,
Ca fait lever les yeux
Les femmes, les femmes, les femmes
Ca fait lever la queue

Allez, tout le monde sur la piste!

Le duc de Bordeaux ressemble à son frère,

Son frère à son père et son père à mon cul
De là je conclus qu' le duc de Bordeaux
Ressemble à mon cul comme deux gouttes d'eau

La p'tite Amélie m'avait bien promis
Dix poils de son cul pour en faire un tapis
Les poils sont tombés, l'tapis est foutu,
La p'tite Amélie n'a plus d'poil à son cul

Le duc de Chevreuse ayant décrété
Que tous les cocus devraient être noyés,
Madam' de Chevreuse lui a demandé
S'il était bien certain de savoir bien nager

Taïaut Taïaut Taïaut!
Ferm' ta gueule, répondit l'écho

Il était deux amants

Qui s'aimaient tendrement
Qui s'aimaient par devant
Par derrière
Il était deux amants
Qui s'aimaient tendrement
Mais faisaient par derrière
Ce qu'on fait par devant

La peau de mes rouleaux
Pour tous les caporaux
La peau de mes roupettes
Pour l'caporal trompette
La peau de mes roustons
Pour l'caporal clairon
Ce qui pend par devant
Sera pour l'adjudant
Le reste de la boutique
Pour le chef de musique


As-tu vu, la quequette, la quequette ?
As-tu vue la quequette du père Bugeaud !

L'avion, l'avion, l'avion,
Ça fait lever les yeux
Les femmes, les femmes, les femmes
Ça fait lever la queue

Et on entend dans les champs
S'enculer les éléphants,
Et on entend dans les prés,
S'masturber les chimpanzés,
Et on entend dans l'métro
Battr' la merde à coup d'marteaux,
Et on entend dans les plumards
Battr' le foutre à coup d' braquemarts.
Mais non, mais non, Saint Eloi n'est pas mort

Mais non, mais non, Saint Eloi n'est pas mort
Car il bande encore ! Car il bande encore !

Encore un boiteuse qui revient du marché, ohé ohé ohé
Elle a dedans sa hotte,
Des oeufs a plein panier, ohé ohé ohé
Les oeufs allez cassi cassant
Allez boiti boitant, ah

Ah ! maman ne pleurez pas tant
Nous couperons la bite à Bertrand
Mais avant de la lui couper
Nous allons la lui attacher
Attacher la bite à Bertrand
Avec un ruban blanc
Blanc blanc blanc
Et rose et blanc


Pine au cul madame Bertrand
Vous avez des filles vous avez des filles
Pine au cul madame Bertrand
Vous avez des filles qu'ont l'con trop grand
Elles ont le con comme des marmites
Et pour les baiser il faut des grosses bites
Pine au cul madame Bertrand
Vous avez des filles qu'ont l'con trop grand

L'avion, l'avion, l'avion,
Ça fait lever les yeux
Les femmes, les femmes, les femmes
Ça fait lever la queue

Il était une fille qui s'appelait Suzon
Et qui aimait à rire avec tous les garçons
Ah ! la salope, va laver ton cul malpropre

Car il est pas propre tirelire
Car il est pas propre tirela
Car il est pas propre tirelire
Car il est pas propre tirela

Et qui aimait à rire avec tous les garçons
Mais à force de rire, son ventre devint rond

Ah ! la salope, va laver ton cul malpropre
Car il est pas propre tirelire
Car il est pas propre tirela
Car il est pas propre tirelire
Car il est pas propre tirela

Trois orfèvres, à la saint-Eloi,
Sont allés dîner chez un autre orfèvre,
Trois orfèvres, à la saint-Eloi,
Sont allés dîner chez un bon bourgeois
Ils ont baisé toute la famille,
La mère aux nichons, le père au cul, la fille au con

Relevez labelle, vos blanc jupon,
Qu’on vous voit le cul, qu’on vous voit les fesses,
Relevez labelle, vos blanc jupon,
Qu’on vous voit le cul, qu’on vous voit le con !

Baisse ta gaine
Irma, que j'baise ta croupe
Baisse ta gaine
Irma, que j'baise ta croupe
Baisse ta gaine
Irma, que j'baise ta croupe
Irma, que j'baise ta croupe


T'as mille ans,
Mais tu m'ravis au lit
T'as mille ans,
Mais tu m'ravis au lit
T'as mille ans,
Mais tu m'ravis au lit
Mais tu m'ravis au lit
C'est bien connu

L'avion, l'avion, l'avion,
Ça fait lever les yeux
Les femmes, les femmes, les femmes
Ça fait lever la queue

9. La petite Huguette

Mieux vaut ne pas se prénommer Huguette... La côte du prénom a dû s'effondrer.

Voici les paroles :

Un jour, la p’tite Huguette,
Tripot’-moi la bit’ avec les doigts,
Un jour, la p’tite Huguette
S’en revenait du bois. (bis)

En chemin elle rencontre,
Tripot’-moi la bit’ avec les doigts,
En chemin elle rencontre,
Un étudiant en droit. (bis)

Il la prend, il la monte...
Sur le foin qu’y avait là. (bis)

Le foin était si sec...
Qu’il en faisait fla-fla. (bis)

La mère d’la p’tite Huguette...
Vint à passer par là. (bis)

Elle dit : " Baise, ma fille...
On n’en meurt pas pour ça ! (bis)

Car si on en mourait...
Je ne serais plus là . (bis)

Car si tu en mourais,
Sur ta tombe, on mettrait : (bis)

Ci-gît la p’tite Huguette
Qu’est morte en faisant ça ! (bis)

En faisant sa prière...
Au grand St Nicolas. (bis)

Le grand saint que les hommes...
Portent la tête en bas. (bis)

Quand ils la portent en l’air...
Ils inondent les draps. " (bis)

10. Les filles de Camaret

Après le curé de Camaret, les filles de... Camaret. C'est peut-être la capitale de la chanson paillarde ?

Voici les paroles :

les filles de Camaret se disent toutes vierges (x2)
Mais quand elles sont dans mon lit,
Elles préfèrent tenir mon vit
Qu'un cierge (x3)

Ô fille de Camaret, où est ton pucelage ? (x2)
Il s'en est allé sur l'eau,
Et sur la queue d'un matelot,
Il nage (x3)

Mon mari s'en est allé à la pêche en Espagne (x2)
Il m'a laissée sans le sou,
Seule avec mon petit trou,
J'en gagne (x3)

Les rideaux de notre lit sont faits de serge rouge (x2)
Mais quand nous sommes dedans
La rage du cul nous prend
Tout bouge (x3)

Mon mari que fais-tu là ? Tu me perces la cuisse ! (x2)
Faut-il donc que tu sois saoul
Pour ne pas trouver le trou
Qui pisse (x3)

Le curé de Camaret a les couilles qui pendent (x2)
Et quand il s'assoit dessus
Elles lui rentrent dans le cul
Il bande (x3)

Monsieur le Maire de Camaret a acheté un âne (x2)
Un âne républicain
Pour baiser toutes les putains
De Bretagne (x3)

Si les filles de Camaret s'en vont à la prière (x2)
Ce n'est pas pour prier le Seigneur
Mais pour branler le prieur
Qui bande (x3)

Une simple supposition que tu serais ma tante (x2)
Et je te ferais présent
De l'andouille qui me pend
Du ventre (x2)

La servante à M'sieur le Curé a le ventre qui gargouille (x2)
C'est qu'elle en a trop mangé
De l'andouille à M'sieur le Curé
De l'andouille (x3)

Anne-Marie * si tu m'aimais, tu me ferais des nouilles (x2)
Et pendant qu'elles cuiraient
Tu me les chatouillerais
Les couilles (x3)

Au couvent de Camaret il n'y a que des vieilles nonnettes (x2)
Réservées à l'aumônier
Qui aime à les confesser
ll baise (x3)

Sur la place de Camaret y'a une statue d'Hercule (x2)
Mais le Maire et le Curé
Qui sont devenus pédés
L'enculent (x3)

Quand vous irez communier et que vous mordrez l'hostie (x2)
Prenez garde à Jésus-Christ
Mordez pas dans son zizi
Prudence

11. Dans les prisons de Nantes

Elle est presque mignonne celle-là ! Une chanson nantaise qui gagne à être connue, on vous dit.

Voici les paroles :

Dans les prisons de Nantes L'ann didou didou d'ann Didou di l'ann di L'ann didou didou d'ann

Dans les prisons de Nantes Y avait un prisonnier Y avait un prisonnier

Personne ne le vint le voir L'ann didou didou d'ann Didou di l'ann di L'ann didou didou d'ann

Personne ne le vint le voir Que la fille du geôlier À la fille du geôlier

Un jour il lui demande L'ann didou didou d'ann Didou di l'ann di L'ann didou didou d'ann

Un jour il lui demande Oui que dit-on de moué? Que dit-on de moué?

On dit de vous en ville L'ann didou didou d'ann Didou di l'ann di L'ann didou didou d'ann

On dit de vous en ville Que vous serez pendu Et vous serez pendu

Mais s'il faut qu'on me pende L'ann didou didou d'ann Didou di l'ann di L'ann didou didou d'ann

Mais s'il faut qu'on me pende Déliez-moi les pieds Déliez-moi les pieds

La fille était jeunette L'ann didou didou d'ann Didou di l'ann di L'ann didou didou d'ann

La fille était jeunette Les pieds lui a déliés Les pieds lui a déliés

Le prisonnier alerte L'ann didou didou d'ann Didou di l'ann di L'ann didou didou d'ann

Le prisonnier alerte Dans la Loire s'est jeté Dans la Loire s'est jeté

Dès qu'il fut sur les rives L'ann didou didou d'ann Didou di l'ann di L'ann didou didou d'ann

Dès qu'il fut sur les rives Il se prit à chanter Il se prit à chanter

Je chante pour les belles L'ann didou didou d'ann Didou di l'ann di L'ann didou didou d'ann

Je chante pour les belles Surtout celle du geôlier Surtout celle du geôlier

Si je reviens à Nantes L'ann didou didou d'ann Didou di l'ann di L'ann didou didou d'ann

Si je reviens à Nantes Oui je l'épouserai Je l'épouserai

Dans les prisons de Nantes L'ann didou didou d'ann Didou di l'ann di L'ann didou didou d'ann

Dans les prisons de Nantes Y avait un prisonnier Y avait un prisonnier

12. Le zizi

Oui oui, vous saurez tout... Merci Pierre Perret pour cette chanson paillarde version soft.

Voici les paroles :

Afin de nous ôter nos complexes Ô gué, ô gué On nous donne des cours sur le sexe Ô gué, ô gué On apprend la vie secrète Des angoissés d' la bébête Ou de ceux qui trouvent dégourdi De montrer leur bigoudi Une institutrice très sympathique Nous en explique toutes la mécanique Elle dit nous allons planter le décor Ô gué, ô gué De l'appareil masculin d'abord Ô gué, ô gué Elle s'approche du tableau noir On va p' têt' enfin savoir Quel est ce monstre sacré qui a donc tant de pouvoir Et sans hésiter elle nous dessine Le p'tit chose et les deux orphelines

Tout tout tout Vous saurez tout sur le zizi Le vrai, le faux Le laid, le beau Le dur, le mou Qui a un grand cou Le gros touffu Le p'tit joufflu Le grand ridé Le mont pelé Tout tout tout tout Je vous dirai tout sur le zizi

Des zizis y'en a d'toutes les couleurs Ô gué, ô gué Des boulangers jusqu'aux ramoneurs Ô gué, ô gué J'en ai vu des impusilfs Qui grimpaient dans les calcifs J'en ai vu de moins voraces Tomber dans les godasses Çui d'un mécanicien en détresse Qui a jamais pu réunir ses pièces Y a le zizi tout propre du blanchisseur Ô gué, ô gué Celui qui amidonne la main de ma sœur Ô gué, ô gué J'ai vu le zizi d'un curé Avec son p'tit chapeau violet Qui juste en pleine ascension Fait la génuflexion Un lever de zizi au crépuscule Et celui du pape qui fait des bulles

Tout tout tout Vous saurez tout sur le zizi Le vrai, le faux Le laid, le beau Le dur, le mou Qui a un grand cou Le gros touffu Le p'tit joufflu Le grand ridé Le mont pelé Tout tout tout tout Je vous dirai tout sur le zizi

Le zizi musclé chez le routier Ô gué, ô gué Se reconnaît à son gros col roulé Ô gué, ô gué J'ai vu le zizi affolant D'un trapéziste ambulant Qui apprenait la barre fixe à ses petits-enfants L'alpiniste et son beau pic à glace Magnifique au-dessus des Grandes Jorasses J'ai vu le grand zizi d'un p'tit bedeau Ô gué, ô gué Qui sonne l'angélus les mains dans le dos Ô gué, ô gué Celui d'un marin breton Qui avait perdu ses pompons Et celui d'un juif cossu Qui mesurait le tissu Celui d'un infirmier d'ambulance Qui clignotait dans les cas d'urgence

Tout tout tout Vous saurez tout sur le zizi Le vrai, le faux Le laid, le beau Le dur, le mou Qui a un grand cou Le gros touffu Le p'tit joufflu Le grand ridé Le mont pelé Tout tout tout tout Je vous dirai tout sur le zizi

J'ai vu le p'tit zizi des aristos Ô gué, ô gué Qui est toujours au bord de l'embargo Ô gué, ô gué J'ai roulé de la pâtisserie Avec celui de mon mari Avec celui d'un Chinois J'ai même cassé des noix Avec un zizi aux mœurs incertaines J'ai même fait des ris de veau à l'ancienne

Tout tout tout Vous saurez tout sur le zizi Le vrai, le faux Le laid, le beau Le dur, le mou Qui a un grand cou Le gros touffu Le p'tit joufflu Le grand ridé Le mont pelé Tout tout tout tout Je vous dirai tout sur le zizi

13. Je suis monté dans mon tracteur

Une charmante chansonnette rurale dont l'air aura le mérite de vous rappeler de grands moments.

Voici les paroles :

Je suis monté sur le tracteur
darla dirladada
J'ai fait pété le démarreur
darla dirladada
Et le tracteur n'est pas parti
darla dirladada

Je suis descendu du tracteur
darla dirladada
Ouvert le capot du moteur
darla dirladada
J'ai démonté l'alternateur
darla dirladada
Bien nettoyé l'alternateur
darla dirladada
J'ai remonté l'alternateur
darla dirladada
Refermé la capot moteur
darla dirladada
Je suis remonté sur le tracteur
darla dirladada
J'refais pété le démarreur
darla dirladada
Et le tracteur n'est pas parti
darla dirladada

Je suis descendu du tracteur
darla dirladada
Ouvert le capot du moteur
darla dirladada
J'ai démonté le radiateur
darla dirladada
Remis de l'eau dans l'radiateur
darla dirladada
J'ai remonté le radiateur
darla dirladada
Refermé la capot moteur
darla dirladada
Je suis remonté sur le tracteur
darla dirladada
J'refais pété le démarreur
darla dirladada
Et le tracteur n'est pas partit
darla dirladada

Je suis descendu du tracteur
darla dirladada
Ouvert le capot du moteur
darla dirladada
J'ai démonté l'carburateur
darla dirladada
Bien nettoyé l'carburateur
darla dirladada
J'ai remonté l'carburateur
darla dirladada
Refermé la capot moteur
darla dirladada
Je suis remonté sur le tracteur
darla dirladada
J'refais pété le démarreur
darla dirladada
Et le tracteur n'est pas parti
darla dirladada

Je suis descendu du tracteur
darla dirladada
Ouvert le capot du moteur
darla dirladada
J'ai démonté les injecteurs
darla dirladada
Bien nettoyé les injecteurs
darla dirladada
J'ai remonté les injecteurs
darla dirladada
Refermé la capot moteur
darla dirladada
Je suis remonté sur le tracteur
darla dirladada
J'refais pété le démarreur
darla dirladada
Et le tracteur il est parti
darla dirladada

Tout ça pour dire qu'j'suis agriculteur
darla dirladada
Et y'a pas que ça dans la vie
darla dirladada
Car il y a le sexe aussi
darla dirladada
Et dans le train on l'fait par terre
darla dirladada
En Italie on l'fait au lit
darla dirladada
Mais à Bayonne on est pas con
darla dirladada
On l'fait dans toutes les positions

14. Ouille ouille ouille

Vous avez saisi la rime, je pense.

Voici les paroles :

Ouille ouille ouille

Qu'est-ce que j'ai mal aux couilles
C'est c'est c'est
De m'avoir trop baisé
Aïe Aïe Aïe
J'ai l'trou du cul qui baille
Il fallait pas tant te faire enculer
Il fallait pas tant te faire enculer

Toutes ces petites galères
Sont les aléas d'l'amour
Autant par devant, par derrière,
Cà vous arrivera un jour
Que chacun tire à sa manière
Amateur ou bête à concours
Quand la queue sort de sa tanière,

On sait jamais où on la fourre

Zut, Zut, Zut
Ça m'pique au bout d'la flute
Gratte, Gratte, Gratte
Cà m'chatouille sous la chatte
Ohlala, j'ai plein de p'tites bêbêtes
T'as la SPA sur toute la quéquette
T'as la SPA sur toute la quéquette

Toutes ces petites galères
Sont les aléas d'l'amour
Madame, la baise est rancunière
Ça vous arrivera un jour
2, 3 morpions contestataires
Prenant vos poils pour du v'lour
Squattant vos sexes sans manières
Ça vous pend au nez un d'ces jours


Tiens, tiens, tiens,
Branle moi entre tes seins
Viens, viens, viens
Viens vite me faire du bien
Marre, Marre, Marre
De ton mini braquemart
Barre, Barre, Barre
Toi de mon plumard
Barre, Barre, Barre
Toi de mon plumard

Toutes ces petites galères
Sont les aléas d'l'amour
Ne pas faire jouir son partenaire
Ça vous arrivera un jour
Bandez mou une nuit entière
On a plus souvent qu'à son tour

Ce finir en solitaire
Non çà n'a jamais rendu sourd

Suce, Suce, Suce
Et branle moi l'anus
Ouf, Ouf, Ouf
J'ai ta touffe qui m'étouffe
Prends, prends, prends
Prends moi entre les fesses
Je peux vraiment pas,
j'suis bourré comme une caisse
Je peux vraiment pas,
j'suis bourré comme une caisse

Toutes ces petites galères
Sont les aléas d'l'amour
Playboy, Tentouse ou charcutière
Ça vous arrivera un jour

Toutes ces petites galères
Sont les aléas d'l'amour
Toutes ces petites galères
Sont les aléas d'l'amour

15. Le père dupanloup

Encore une histoire de curé dévergondé issu du répertoire de Pierre Perret, Le plaisir des Dieux.

Voici les paroles :

L'Père Dupanloup dans l'utérus, (bis)
Etait déjà si plein d'astuces (bis)
Que dans le ventre de sa mère
Il suçait la pine de son père.

(Refrain:)
Ah! Ah! Ah! oui vraiment,
L'Père Dupanloup est dégoutant.

L'Père Dupanloup monte en ballon, (bis)
Mais il avait l'système si long (bis)
Qu'à trois cents mètres dans l'atmosphère
Ses couilles trainaient encore par terre.

(Refrain)

L'Père Dupanloup monte en bateau, (bis)
La pine en l'air, les couilles sous l'eau, (bis)
Les p'tits poissons, les grosses grenouilles
Lui tripotaient la peau des couilles.

(Refrain)

L'Père Dupanloup monte à vélo, (bis)
Mais il avait l'système si gros (bis)
Qu'en pédalant à perdre haleine
La peau d'ses couilles s'prit dans sa chaîne.

(Refrain)

L'Père Dupanloup, en chemin d'fer, (bis)
Désira mettre ses couilles à l'air. (bis)
Passant sa pine par la portière
Il creva l'oeil du garde-barrière.


(Refrain)

L'Père Dupanloup, à la cuisine, (bis)
Battait les oeufs avec sa pine. (bis)
Cochon, lui dit la cuisinière,
Fous-la-moi plutôt dans l'derrière.

(Refrain)

L'Père Dupanloup, l'quatorze juillet, (bis)
Alla s'prom'ner à dos d'mulet. (bis)
Pour que la fête soit complête
Il encula la pauvre bête.

(Refrain)

L'Père Dupanloup, à l'Opéra (bis)

Se conduisit comme un goujat. (bis)
Avec la peau de ses roupettes,
Il boucha l'trou des clarinettes.

(Refrain)

L'Père Dupanloup, à l'Odéon, (bis)
Se conduisit comme un cochon. (bis)
Au troisième acte, dans la coulisse,
Il enculait l'pompier d'service.

(Refrain)

L'Père Dupanloup à Saint Malo, (bis)
Confesse les femmes dans un tonneau. (bis)
Il passa sa pine par la bonde
Et dit : - Voilà l'sauveur du monde.

(Refrain)

L'Père Dupanloup, au Vatican, (bis)
S'conduisit comme un dégoutant. (bis)
Derrière la statue d'Esculape,
Il essaya d'enculer l'Pape.

(Refrain)

L'Père Dupanloup, en Amérique, (bis)
S'en va explorer le Mexique. (bis)
Lançant sa pine comme un lasso,
Il attrape les ch'vax au lasso.

(Refrain)

L'Père Dupanloup, à Zanzibar, (bis)
Voulait montrer tout son bazar. (bis)

Mais empêché par une patrouille
Ne put montrer qu'une de ses couilles.

(Refrain)

Au passage d'la Bérézina, (bis)
L'Père Dupanloup, se trouvait là. (bis)
Il mit sa pine sur la rivière,
Pour faire passer l'armée entière.

(Refrain)

A la prise de la smalah, (bis)
L'Père Dupanloup, il était là. (bis)
On l'chercha d'vant et puis derrière,
Il enculait les dromadaires.

(Refrain)


L'Père Dupanloup, à l'Institut, (bis)
Ne voulait voir que des culs nus. (bis)
Ne respectant aucune barrière,
Il enculait tous ses confrères.

(Refrain)

L'Père Dupanloup, au Parlement, (bis)
S'conduisit comme un garnement. (bis)
Monta jusque sur la tribune
Pour exhiber la peau d'ses burnes.

(Refrain)

L'Père Dupanloup, devenu vieux, (bis)
Ne bandait plus qu'un jour sur deux. (bis)
S'arrachant la pine avec rage,

Il s'en fit une canne de voyage.

(Refrain)

L'Père Dupanloup, dans son cercueil, (bis)
Bandait encore comme un chevreuil. (bis)
Avec sa pine en arc de cercle,
Il essaya d'soulever l'couvercle.

(Refrain)

L'Père Dupanloup, au Paradis, (bis)
Voulait enculer Jésus-Christ. (bis)
- Nom de Dieu ! dit l'Père Eternel,
Tu prends le ciel pour un bordel !

(Refrain)

L'Père Dupanloup fut tout confus (bis)
De ne pouvoir lui foutre au cul. (bis)
Branlant sa pine de part et d'autre,
Il aspergea les douze apôtres.

16. Ma mère m'a donné 100 sous

Selon les versions, c'est le père qui a donné les 100 sous au fiston pour acheter des bretelles. Mais peu importe... On se doute qu'au final, ce jeune homme n'a pas acheté de bretelles...

Voici les paroles :

(bis à chaque vers)
Ma mère m'a donné cent sous pour m'acheter des bretelles
J'ai gardé mes cent sous pour aller au bordel
Chemin faisant, j'ai rencontré grand-mère
Où vas-tu mon enfant, je m'en vais au bordel
Garde donc tes cent sous, je ferai bien l'affaire
J'ai gardé mes cent sous et j'ai baisé grand-mère
Chemin rentrant j'ai rencontré mon père
D'où viens-tu mon enfant, je viens de baiser grand-mère
Enfant de salaud, tu viens de baiser ma mère
Enfant de salaud toi même, tu baises bien la mienne

17. La godinette

"À la lisière du petit bois / Jubilant, jubilo, zizi, pan pan / Toc toc la godinette"... Cette chanson paillarde est un véritable cours d'éducation sexuelle.

Voici les paroles :

A la lisière du petit bois
Jubilant, jubilo, zizi, pan pan
Toc toc la godinette
Jeannette passait une fois
Pan jubilant, toc toc la godinois !

Elle rencontra le p'tit François
Qui s'en allait gauler des noix

L'apercevant, le fin matois
Lui dit : "Veux tu faire avec moi ?"

Veux tu faire un tour dans les bois ?
J'te montrerai, gentil minois

- P'tit François, j'irai ben o ta (= avec toi )
Seulement j'ai peur de perdre... - Quoi ?

F'ma mère j'ai peur de perdre la croix
Car je n'la r'trouv'rai pas je crois

- Attache la bien, lui dit François
Puis ils entrèrent dans le bois

Ensuite ils firent pendant trois fois
Le tour des p'tits sentiers étroits

N'ont-ils fait qu'ça ? J'l'ignore, ma foi !
Ils s'en sont pas t'nus là je crois

Car entrés à deux dedans le bois
L'histoire dit qu'ils revinrent à trois

C'est ennuyeux pour une fois
Quand on s'en va gauler des noix

Pour une malheureuse petite fois
D'attraper une fluxion d'neuf mois !

18. Le pou et l'araignée

Une histoire de pou, d'araignée, d'éléphant, de chimpanzé... Allez comprendre...

Voici les paroles :

Un jour un pou dans la rue
Rencontra, chemin faisant,
Chemin faisant,
Une araignée bon enfant,
Elle était toute velue,
Elle vendait du verre pilé
Pour s'ach'ter des p'tits souliers.

(Refrain:)
Là tu m', là tu m'emmerdes,
Là tu m', là tu m'fais chier.
Tu nous emmerdes.
Tu nous fais chier.
Tu nous emmerdes.
Tu nous fais chier.
Et l'on entend dans les champs

S'masturber les éléphants.
Et l'on entend dans les prés
S'enfiler les chimpanzés.
Et l'on entend sous les ormeaux
Battre la merde à coups d'marteau.
Et l'on entend sous les plumards
Battre le foutre à coups d'braquemarts.
Non, non, non, non, Saint Eloi n'est pas mort, (bis)
Car il bande encore, (bis)

Le pou, qui voulait la séduire,
L'emm'na chez l'mastroquet du coin,
Troquet du coin.
Lui offrit cinq à six coups d'vin,
L'araignée ne fit qu'en rire.
La pauvrette ne savait pas,
Qu'elle courait à son trépas.


Le pou, qui n'était qu'une canaille,
Lui offrit trois francs six sous,
Trois francs six sous.
Trois francs six sous, c'est pas beaucoup
Va, tu n'es qu'un rien qui vaille.
Si tu n'mets pas six sous d'plus,
Tu n'verras pas l'trou mon cul !

Alors, commencèrent les horreurs,
Le pou grimpa sur l'araignée,
Sur l'araignée.
Il n'pouvait plus décoller,
Tant il éprouvait d'bonheur.
Si bien qu' la pauvre araignée,
Ecopa d'la maternité.

Le père, d'l'araignée, en colère,

Lui dit : "Tu m'as déshonoré,
Déshonoré.
Tu t'as laissée enceintrer !
T'es encore plus putain qu'ta mère".
La pauvrette de désespoir
S'est filée treize coups d'rasoir. (s'est noyée dans une pissoire)

Le pou, le désespoir dans l'âme,
Se tire la barbe, s'arrache les ch'veux,
S'arrache les ch'veux.
Ah! qu'il dit, "Y-a plus d'bon Dieu"
Puis il monte à Notre-Dame,
Et c'est là, qu'il s'a foutu
Les cinq doigts et l'pouce dans l'cul.

Alors les poux du voisinage,
Se réunirent pour l'enterrer,

Pour l'enterrer,
Au cimetière de Champerret,
Tout comme un grand personnage.
A que c'était triste à voir
Tous ces poux en habit noir.

19. La rirette

Un grand classique... Cette chanson paillarde raconte la rencontre (malheureuse?) entre une jeune fille, la Rirette, et 4 jeunes et beaux garçons. Disons que le consentement de la jeune fille n'est pas franchement explicite.

Voici les paroles :

Jeanneton prend sa faucille La rirette, la rirette Jeanneton prend sa faucille Pour aller couper les joncs Pour aller couper les joncs

En chemin elle rencontre La rirette, la rirette En chemin elle rencontre Quatre jeunes et beaux garçons Quatre jeunes et beaux garçons

Le premier, le plus timide La rirette, la rirette Le premier, le plus timide Lui caressa le menton Lui caressa le menton

Le deuxième, un peu moins sage La rirette, la rirette Le deuxième, un peu moins sage L'entraîna dans les buissons L'entraîna dans les buissons

Le troisième encore moins sage La rirette, la rirette Le troisième encore moins sage Lui souleva son jupon Lui souleva son jupon

Ce qui fit le quatrième La rirette, la rirette Ce qui fit le quatrième N'est pas dit dans ma chanson N'est pas dit dans ma chanson

La morale de cette histoire La rirette, la rirette La morale de cette histoire C'est qu'les hommes sont des cochons C'est qu'les hommes sont des cochons

Ouai mais c'est pas fini parce que:

La morale de cette morale La rirette, la rirette La morale de cette morale C'est qu'les femmes aiment les cochons C'est qu'les femmes aiment les cochons

20. La p'tite grenouille

Cette chanson cochonne est un must pour votre soirée du nouvel an.

Voici les paroles :

La p’tite grenouille dit au crapau
"Passe moé 30 sou t’aura d’la peau ma crisse de chienne"
mais le crapau lui repondit
"Moi je n’veux pas sortir la nui pis j’garde mes cennes.

C’était une chatte et un matou
qui se disaient des p’tit mots doux en d’sous du poèle
soudain la chatte elle se fâcha et dit
"Mon tabernak de chat essaye pas d’m’avoir"

Et pis moé quand j’ai vu ca
j’me suis faite faire une graine en bois deux gosses en laine
on c’est mis a deux pour la crosser, elle ne voulait pas décharger
la p’tite ’’enfant d’chienne’’

Les p’tites filles a campelton
y sont chaudes commes des moutonnes, les p’tite bonyenne
sa déculotte su l’bord d’la côte,
et pis une botte attend pas l’autre avec Antoine

Un habitant ben orgueilleux
c’était faite faire une graine de ’beu’ grosse comme la mienne
en allant fourré ses vaches
elles lui fesaient la grimace en enfant d’chienne

Ya des p’tite filles a Saint-Zenon
qui aiment s’faire pogné les tetons, les p’tite boyenne
si elles portent des culottes fendu
c’est pour mieux s’faire pogné l’cul en enfant d’chienne

Un morpion motocycliste prenait mon trou d’cul pour une piste
y roulait sans trêve,
quand soudain dans un détour il fit dérapa
et puis tomba dans merde.

Je ne suis pas curieux, je voudrais bien savois,
pourquoi les filles blondes, on le poils du cul noir
pourquoi les grosses nergresse, a quatre-vingt dix ans
s’arrache le poil des fesses, pour en faire des brosses a dent

A si mon coeur étais grenouille, je me creuserai un lac,
pis moé j’aime ça quand sa chatouille,
quand sa fait "flique flique flique flaque"

C’est mon oncle Armand en sautillant,
pognait les cuisses de ma tante Alice
ma tante Germaine se courbait l’corps
sucait la graine de mon oncle Hector

Fourrez-vous madame Giroux
Fourrez-vous madame Giroux
Fourrez-vous madame Giroux
dans votre grand trou

La poche a mon grand-père, est au plafond pendu
ma grand-mère en saint-siboir, lui arrache le poils du cul
elle mon en haut dans l’escabeau pour y en extraire le jus
v’la l’escabeau par terre, grand-maman su l’cul

en becycle a gaseline envoye donc fantule,
fourre par en avant t’aura de beaux enfants

Les p’tite file du rocher-percé
moi j’vous dis qu’elle sont bien faites,
mais elle ne veulent pas faire minette
pour un paquet de cigarette

en becycle a gaseline envoye donc fantule,
fourre par en avant t’aura de beaux enfants

J’en ai fourré des gaspesienne
moi j’vous dit quelles ont le sang chaud
j’en ai eu pour une semaine,
a m’fotter le bout d’la graine pis avoir ma aux gorleaux

pogne moi donc l’cul Germaine
jte pognerai l’tiend taleur
tu la pas vu ma graine quand elle est a sa longueur
monte en haut dans ma chambre, étend toi sur mon lit
tu l’aura dans ta grande fente la pissette du st-esprit

c’est la fête a Saint-Antoine, la fête d’un grand jobeur
ma femme ses trouvé pleine, dans semaine des 40 heures
c’est d’la faute a sa mère, si elle ne lui a pas cousu
la petite boutoniere a 2 pouce du trou cul

Si tu m’aimerai cherie, tu me ferait cuire dews nouile
et pendant que tu y est, tu me sucerai les boules
(yo do lo lo lo do dou di di di di yo do lo lo di dou yo do lo lo dou yo do lo lo di dou)

À votre tour...

Vous connaissez d'autres titres de chansons paillardes ? Partagez-les avec nous en commentaire. On a hâte de vous lire.

Partagez cette astuce

Vous aimez cette astuce ? Cliquez ici pour l'enregistrer sur Pinterest ou cliquez ici pour la partager avec vos amis sur Facebook.

À découvrir aussi :

Les 149 Meilleures Blagues de Beauf (le Meilleur du Pire).

Top 114 des Meilleures Blagues Melon et Melèche.

Les plus lus

pixel
comment economiser

Vous avez choisi de refuser les cookies , notamment ceux pour réaliser de la mesure d'audience, de la personnalisation des publicités et/ou du contenu éditorial et pour réaliser des mesures de performance.

Un abonnement à un accès illimité au service comment-economiser.fr pour 6,99€ TTC par mois.

L'abonnement sera bientôt disponible. Renseignez votre email ci-dessous pour être tenu au courant de son lancement :