3 Trucs pour Punir ses Enfants Intelligemment !

Par le 02 Décembre 2012

L’idéal est bien sûr de dégager assez d’autorité naturellement pour ne pas avoir à punir : mais pour un enfant désobéir fait partie de la découverte du monde, et nous voilà obligé de trouver des moyens de le sanctionner. Voici 3 trucs inspirés de mon expérience d'instit et de maman pour le faire intelligemment.

La punition est en effet la preuve que l’on a échoué à transmettre la règle, en tant que parent ou éducateur. Mais 1) toute règle ne fonctionne à la base que si elle est assortie d’une sanction en cas de transgression, et 2) l’enfant qui grandit cherche en permanence des limites : donc nous devons quelquefois punir.

Évidemment il ne s'agit plus de sanctions corporelles ni de rester "au coin" pendant des heures ! Et le premier principe est de s'arranger pour que les punitions soient rares, et toujours en relation avec la faute. Quelques explications.

Mère qui punit ça fille : 3 Trucs pour Punir ses Enfants Intelligemment !

Pourquoi Punir ?

Cette question peut paraître bête, mais c'est vrai qu'on peut se la poser : est-ce que ça sert vraiment à quelque chose ?

Rappelons qu'éduquer c’est responsabiliser. Assumer les conséquences de ses actes fait partie de cet objectif. L’éducation c'est aussi transmettre des règles qui aident l’enfant à comprendre ce qui est permis et ce qui est interdit, en résumé ce qui est bien et ce qui est mal. La règle doit donc être très claire.

Et si l’enfant désobéit, il n’y a pas de négociation possible. On s’en tient à ce qui a été convenu. Les meilleures punitions serviront à le responsabiliser. De toute façon, si le parent ne se charge pas d’appliquer la sanction, par laxisme ou par lassitude, l’enfant peut aller jusqu’à adopter des conduites autopunitives à la longue : conduites à risques, anorexie, etc. Punir, parfois, c'est en faire un enfant épanoui !

Comment Punir ?

1. Les sanctions réparatrices : les plus efficaces.

Exemples : Réparer ce qu’on a cassé, remettre en place ce qu’on a dérangé, nettoyer ce qu’on a sali. Ou bien supprimer une heure de la prochaine sortie si l’ado est rentré une heure en retard sur l’horaire prévu.

Chacun juge de ce qui est important dans le cadre familial.

2. Les privations : pour les tout-petits, les priver de la présence de leurs parents en les isolant quelques minutes dans leur chambre est largement suffisant. Pour les plus grands, je choisis des activités qui ne sont pas nécessaires à leur épanouissement physique ou psychique : je supprime télé, jeux vidéo, ordinateur, sorties, mais pas nourriture (à bannir le fameux "privé de dessert"), ni séance de sport ou cours de musique.

3. Les punitions qui demandent un effort physique : l’enfant paye alors sa dette en se dépensant, en donnant de sa personne. Tondre la pelouse, passer l’aspirateur, nettoyer les vitres. Cela le soulage de sa culpabilité : il "paye" ainsi sa faute.

Dans tous les cas, la sanction doit être en rapport avec la faute. Et elle doit être ponctuelle : si la punition devient le seul moyen de se faire obéir, c’est que l’autorité n’est pas suffisamment établie.

Et vous, que pensez-vous des punitions ? Nous attendons vos commentaires à ce sujet.

Vous aimez cette astuce ? Partagez-la avec vos amis sur Facebook.

À découvrir aussi :

Voici Comment Fabriquer Soi-Même un Tabouret à Punitions.

10 Choses Qu'il Faut Arrêter de Dire à Vos Enfants (et Que Dire à la Place).

comment economiser

Vous aimez cette astuce ? Recevez les meilleures chaque jour. C’est gratuit.

5 astuces par jour, aucun spam et vous pouvez arrêter quand vous voulez :-)