Assurance-vie : Pourquoi ne Jamais la Clôturer ?

Vous avez souscrit à une assurance-vie auprès de votre banque ? Avec 62% des ménages qui en détiennent une, ce placement financier est le préféré des Français selon l'INSEE. Ses avantages sont souvent méconnus et ce n'est pas votre banquier qui va vous les divulguer. Pour conserver ses avantages fiscaux, un conseil : ne pas la résilier !

L'assurance-vie est le placement financier le plus intéressant sur le plan de la fiscalité. Au bout de 8 ans de détention, les avantages fiscaux sont maximum. Afin d'économiser sur vos impôts, mieux vaut ne pas clôturer votre contrat lorsque vous retirez de l'argent dessus.

Grâce à l'Antériorité fiscale, mon Impôt Diminue

Chaque somme déposée au cours de la vie du contrat a pour date d'effet celle de la souscription. C'est ce qu'on appelle l'antériorité fiscale.

Une fois que l'assurance-vie a 8 ans, toutes les sommes versées, lorsqu'elles seront retirées, bénéficieront de la fiscalité optimale de 0 à 7.5 % selon le niveau de plus-values (sans compter les prélèvements sociaux).

Si quelques années plus tard on reçoit une somme d'argent qu'on veut placer (prime, héritage...) en attendant de l'utiliser (pour acheter une maison par exemple), tout en voulant la faire fructifier, on regrettera d'avoir clôturé son plan ! En effet, ouvrir un nouveau contrat fait repartir de zéro.

Donc, en cas de retrait, il vaut mieux laisser le minimum requis par votre assureur, afin de garder votre contrat ouvert et de pouvoir bénéficier de sa fiscalité avantageuse à l'avenir. Si vous retirer au-delà du minimum requis, votre assurance vie sera clôturée et vous perdrez les avantages fiscaux que vous aviez acquis !

Vous pensez être bénéficiaire d'une assurance-vie, découvrez notre astuce pour récupérer les sommes car le transfert n'est pas automatique

La Double fiscalité de l'Assurance-vie

Bien que la fiscalité de l'assurance-vie soit intéressante, elle est complexe. En effet, les gains de l'assurance-vie sont doublement imposés.

1- Les prélèvements sociaux

Les prélèvements sociaux (CSG-CRDS...) s'élèvent à 15.5 % des gains. Ils sont retenus à la source chaque année pour les supports dits "fonds euros" ou "fonds garantis", et lors des retraits pour les supports cotés en Bourse, les OPCVM.

Leur montant ne varie pas en fonction du nombre d'années de détention, nous les laisserons donc de côté pour cette fois.

D'autre part, les plus-values, en cas de retrait partiel ou complet, sont soumises à une taxe dont le taux est dégressif et devient optimal au bout de 8 ans.

2- La Taxe sur les Plus-values, Dégressive et Optimale dès 8 ans

En cas de retrait sur son assurance-vie, on est imposé sur les gains ou plus-values. Le taux de cette taxe est dégressif au fil des ans. On peut payer cette taxe de 2 manières différentes, suivant sa situation fiscale :

- la réintégration des plus-values au revenu au moment de déclarer son impôt sur le revenu, où elles seront donc soumises au barème de l'impôt sur le revenu.

- le prélèvement libératoire, aussi dit prélèvement à la source, directement prélevé au moment du retrait (aussi appelé rachat).

Le taux varie de la manière suivante au fil des années :

35 % 15 % de 0 à 7.5 %* -------|--------------------------------|--------------------------------|---------------------|-------------->

1ère année 4ème année 8ème année Xème année

* la taxe est de 0% jusqu'à 4 600 € de plus-values pour une personne seule, jusqu'à 9 200 € de plus-values pour un couple marié. Au-delà, le taux d'imposition est de 7.5 %.

Concrètement, si je me sers de mon assurance-vie au bout de 8 ans, la fiscalité sera la plus intéressante possible. Et, ce n'est pas négligeable, peu importe la date à laquelle j'ai versé mon argent sur mon contrat (Xème année sur le schéma), je conserve son antériorité fiscale.

Une Fiscalité susceptible d'Évoluer avec la Loi

La fiscalité de l'assurance-vie peut être revue chaque année dans le cadre du vote de la loi de finances par le Parlement, ces données sont susceptibles d'évoluer.

Le rapport parlementaire Berger Lefebvre vient d'être rendu à ce sujet, il n'est pas prévu pour le moment de toucher à la règle de l'antériorité fiscale, mais il est envisagé d'augmenter la durée minimum de détention de 8 ans et de proposer un nouveau type de contrat.

Si c'est le cas, les banques et assureurs vont en profiter pour inciter les clients à clôturer les vieux plans, d'où l'intérêt de connaître cette astuce !

Économies Réalisées

La performance d'un contrat et la fiscalité d'un rachat sont des données qui varient d'un contrat à l'autre, les calculer précisément nécessite des connaissances que je n'ai pas.

Grossièrement, sur 1 000 € de plus-values :

- une taxe de 7.5 % = 75 € (auxquels s'ajoutent les prélèvements sociaux de 15.5%)

- une taxe de 35 % = 350 € (auxquels s'ajoutent les prélèvements sociaux de 15.5%).

L'économie réalisée sera de 275 €, voire de 350 € si vous êtes en dessous du seuil.

Et vous, avez-vous une assurance-vie ? Votre banquier vous avait-il déjà expliqué l'intérêt de ne pas clôturer son assurance-vie ? Témoignez dans les commentaires.

Chiffres tirés de l'étude de l'INSEE à découvrir ici.

Vous aimez cette astuce ? Partagez-la avec vos amis sur Facebook.

À découvrir aussi :

3 Astuces pour Payer Moins Cher vos Assurances.

Payer Moins cher ses Assurances en se Regroupant, c’est Possible !

comment economiser

Vous aimez cette astuce ? Recevez les meilleures chaque jour. C’est gratuit.

5 astuces par jour, aucun spam et vous pouvez arrêter quand vous voulez :-)