Le Salvador Interdit le Roundup de Monsanto et Connaît des Récoltes RECORDS.

Le Salvador est un pays d'Amérique centrale que peu de gens connaissent.

Mais il a une particularité que beaucoup de pays n'ont pas dans le monde.

En effet, ce pays a interdit les produits phytosanitaires des grandes multinationales semencières, comme Monsanto.

Le Salvador a décidé de mener sa propre révolution agricole.

Objectif : favoriser la culture des semences locales.

Depuis que ce pari a été pris, le secteur agricole ne s’est jamais aussi bien porté !

Sa productivité mais aussi sa durabilité ont augmenté. Explications :​

Le salvador interdit 53 produits phytosanitaires et connait d'excellentes récoltes

Tout a commencé en septembre 2013 quand le Salvador, grand producteur de café, de maïs et de canne à sucre, a banni 53 produits phytosanitaires à usage agricole.

Parmi les produits devenus indésirables, se trouve le tristement célèbre Roundup, le principal désherbant de Monsanto, contenant du glyphosate.

Rappelons que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a fini par classer ce produit dans la catégorie « cancérogène probable ».

Sortir de la dépendance alimentaire

Roundup : un produit reconnu comme probablement cancérigène par l'OMS

Concernant 400 000 familles de producteurs, le Plan pour l’agriculture familiale (FAP), initié par le président Mauricio Funes en 2011, avait alors pour but de préserver les semences locales et de relancer la production agricole.

Pour les paysans, ce plan fut une formidable opportunité de mettre enfin un terme à leur dépendance vis-à-vis des firmes internationales, de leurs biotechnologies et OGM, tout en préservant le patrimoine agricole local.

Avant le FAP, le secteur agricole salvadorien avait bien du mal à sortir de la crise.

Sa dépendance aux semences hybrides de Monsanto, Pioneer et autres géants de l’agro-industrie, était très importante.

Selon le site d’informations, The Seattle Globalis, 75% du maïs et 85% des haricots étaient importés.

18 millions de dollars investis dans l'agriculture locale

des millions de dollars investis dans l'agriculture

Avant la culture de graines OGM stériles représentait la part la plus importante de l'agriculture.

Provenant de l’étranger, ces graines génétiquement modifiées n’étaient pas adaptées aux caractéristiques particulières des territoires locaux.

Conséquence directe, l’utilisation de produits phytosanitaires était indispensable.

Le Salvador a voulu mettre un terme à cette dépense alimentaire et économique.

En tournant le dos aux multinationales semencières pour cultiver à nouveau des graines locales, le pays a voulu retrouver sa souveraineté agricole.

400 000 paysans salvadoriens concernés

18 millions de dollars ont été investis pour développer une semence, le maïs H59, au sein du Centre national de la technologie agricole et forestière (CENTA).

Variété locale, ce maïs a la particularité de mieux résister à la sécheresse et de bien s’adapter aux terres salvadoriennes.

Les 400 000 producteurs locaux ont pu en bénéficier.

Le pari semble réussi. Selon le site Natural Society, l’agriculture du pays se développe.

Depuis que les produits phytosanitaires sont interdits, le pays a enregistré les meilleures récoltes depuis longtemps.

Une question toutefois demeure. Même si le maïs H59, produit localement, est mieux adapté aux conditions de culture locale, il n’en reste pas moins qu’il est une semence hybride et stérile.

Quels seront l’avenir et la pérennité du FAP ?

Vous aimez cette astuce ? Partagez-la avec vos amis sur Facebook.

À découvrir aussi :

Vous Souhaitez Éviter les Produits Monsanto ? Voici La Liste des Marques à Connaître.

Monsanto Veut Modifier Génétiquement les Abeilles Pour qu’Elles Résistent à Ses Pesticides.

na
comment economiser

Vous aimez cette astuce ? Recevez les meilleures chaque jour. C’est gratuit.

5 astuces par jour, aucun spam et vous pouvez arrêter quand vous voulez :-)